Back to top

Les collectes de la SOCAN atteignent 405 millions $ grâce à un membership en pleine croissance et à l’immense popularité de la musique canadienne au Canada et partout dans le monde

Toronto, le 25 février 2020 — Pour la toute première fois de son histoire, les collectes totales de la SOCAN, la plus importante entreprise de l’industrie canadienne de la musique, ont dépassé le cap des 400 millions $ pour atteindre un total évalué à 405,5 millions $[1] au cours de l’exercice financier 2019, représentant ainsi une augmentation de 8 % par rapport au précédent record de 375 millions $, pour 2018.

La SOCAN attribue la majeure partie de cette croissance — d’environ 30 millions $ — à une augmentation d’environ 23 millions $ des collectes provenant des sources numériques et de 7 millions $ provenant des collectes du droit de reproduction dans la foulée de l’acquisition, en 2018, de la SODRAC.

Bien que les collectes provenant de la sphère numérique (86,1 millions $) aient augmenté d’environ 23 millions $ (38 %) par rapport aux 62,5 millions $ de 2019, un membre SOCAN qui a touché des redevances l’an dernier a gagné à peine 67 $, en moyenne, provenant des redevances numériques au Canada. Il s’agit tout de même d’une augmentation de 13 $ (24 %) par rapport à la moyenne de 54 $ en 2018.

« Les redevances provenant de la télévision, de la radio, des concerts au Canda ainsi que les revenus des territoires étrangers demeurent solides, mais la majeure partie de la croissance enregistrée cette année provient des sources numériques nationales et il faut de toute évidence agir afin de bonifier la part des redevances provenant de la diffusion en continu pour les membres créateurs et éditeurs de la SOCAN », a déclaré le chef de la direction Eric Baptiste. « Le gouvernement canadien a reconnu que les règles en matière de contenu canadien et de découvrabilité doivent être modernisées pour être mieux adaptées à l’ère numérique. Si la création musicale, le cœur même de l’industrie canadienne de la musique, n’obtient pas rapidement du soutien par le biais de règles mises à jour, il pourrait fort bien y avoir de graves conséquences économiques et culturelles. »

Bien que les redevances provenant du secteur numérique demeurent trop faibles pour les membres de la SOCAN, les revenus provenant des sociétés étrangères ont poursuivi leur croissance pour atteindre un nouveau record — 88,5 millions $ — ce qui prouve une fois de plus que les créateurs et éditeurs de musique canadiens sont parmi les plus performants de la planète.

Par ailleurs, l’entreprise rapporte également cette année que le nombre de ses membres touchant des redevances a augmenté de près de 3000, démontrant ainsi que la SOCAN est toujours aussi attrayante pour les auteurs, compositeurs et éditeurs de musique qui souhaitent bâtir leur carrière en partenariat avec l’organisation.

[1] Estimation. Les données finales seront établies suite à la rencontre du conseil d’administration de la SOCAN en mars 2020 et publiées lors de l’Assemblée générale annuelle de la SOCAN qui aura lieu, cette année, à Montréal en juin.